Environnement de travail
attractif
Excellence financière et
opérationnelle

Implenia BuildingsExosquelette - Davantage d’ergonomie sur les chantiers

À Bâle, Implenia teste l’utilisation d’exosquelettes pour réduire les efforts des collaborateurs lors d’interventions en hauteur très astreignantes. Les résultats de l’essai sont mitigés.

Implenia est ouvert à de nouvelles technologies et veut aussi apprendre d’autres industries. Pour cela, l’entreprise a entre autre mis en place un Innovations Hub. L’équipe composée de collaborateurs de différentes divisions a pour mission de tester la faisabilité d’idées très prometteuses dans le secteur de la construction, dans un délai rapide mais avec méthode.

L’innovation ne permet pas uniquement de construire mieux et plus vite. Les nouvelles technologies peuvent aussi améliorer le bien-être des collaborateurs. Au printemps 2019 à Bâle, Implenia a ainsi testé pour la première fois deux exosquelettes dans des travaux de gros œuvre – un nouvel équipement qui sert surtout à la santé et la sécurité. L’essai s’est déroulé dans une usine d’incinération d’ordures ménagères dans laquelle Implenia avait été chargé de réaliser des travaux d’agrandissement.

L’exosquelette ressemble à un corset, attaché comme un sac à dos et également fixé aux bras. Dans les interventions en hauteur, le dispositif d’assistance soutient les muscles et réduit la charge sur le dos et les épaules : le poids des bras et de l’outil est reporté mécaniquement sur les hanches.

Les dispositifs d’assistance mécaniques sont déjà utilisés depuis quelque temps dans d’autres industries, notamment dans la construction automobile. Ils facilitent sensiblement les gestes pénibles en hauteur. Les collaborateurs se fatiguent moins et peuvent être plus concentrés sur leur travail, ce qui permet aussi de réduire le risque d’accident.

Mais ce qui s’est imposé sur une chaîne de travail ne convient pas forcément dans la construction. « Notre essai a montré que les exosquelettes peuvent être utiles pour des interventions où les bras doivent s’élever avec un angle supérieur à 60 degrés », explique Matthias Dalchow, adjoint Head Project Excellence & Services Buildings Suisse. Hormis le perçage de trous au plafond, il n’y avait quasiment pas de travaux dans le projet pilote qui devaient être réalisés dans cette position. Il s’agissait principalement à Bâle de déplacer des étais pour charge lourde.

À l’issue du test de deux semaines, les collaborateurs ont rempli un questionnaire pour évaluer cette technologie nouvelle dans le bâtiment. Le bilan est mitigé. « Nous ne faisons aucune recommandation à caractère général » indique Dalchow, « mais en fonction de l’intervention, il peut être intéressant d’utiliser des exosquelettes. » Depuis, différents services dans l’entreprise ont fait savoir qu’ils étaient intéressés. Il est donc bien possible que prochainement, d’autres collaborateurs d’Implenia s’équipent de squelettes artificiels.

Avez-vous des questions pour nos experts?